Les responsables des organes de presse guinéens seraient-ils les assassins de la liberté d’expression ?

La question vaut tout son pesant d’or car depuis un certain temps, ils sont nombreux ces responsables de presse qui, en collaboration avec le pouvoir en place cherchent à étouffer les malversations financières, les tuerries , la violation de la constitution,… dont se rendent responsables les gouvernants actuels.
On se rappelle que le président de la République avait interdit la parole à un syndicat chose qui viole la liberté d’expression mais ces patrons de presse l’ont obéi. Tout récemment, un ministre a été pris en flagrant délit d’enrichissement illicite avec la construction d’une maison qui coûte des millions d’euros mais la plupart de ces patrons de presse l’ont soutenu. Alors rien n’étonne si ces derniers décident de décrocher un spot du #FNDC qui est devenu aujourd’hui le Cauchemar de tous ceux qui veulent tripatouillage la constitution. Mais ce qu’inquiète c’est si cette dernière violation de la liberté d’expression est cautionnée par ces mêmes patrons ça sera un précédent dangereux, un frein pour la liberté de presse obtenue après des longues années de lutte. Alors ces derniers seront combattus au même titre que ce pouvoir sanguinaire et rétrograde.

SYCORA-UFDG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *